mar 6

information sur l’anesthésie dentaire

Votre état de santé nécessite une intervention chirurgicale ou un examen sous anesthésie :

est généralement remis aux patients devant bénéficier d’une anesthésie
Il est nécessaire de la lire, afin de pouvoir donner votre consentement à la procédure qui vous sera proposée lors de la consultation d’anesthésie.
Lors de cete consultation vous pourrez poser toutes les questions relatives à l’acte d’anesthésie et à la procédure qui vous sera porposée.

Qu’est-ce que l’anesthésie ?

L’anesthésie est un ensemble de techniques permettant la réalisation d’un acte chirurgical ou médical (endoscopies) tout en supprimant la douleur.

L’anesthésie générale : Procure un état proche du sommeil. Elle est réalisé par injection intraveineuse de produits dont les effets sont connus et maîtrisés, et / ou l’administration à l’aide d’un dispositif appropriée de vapeurs anesthésiques.

L’anesthésie locoréginale : Permet par différentes techniques de supprimer la douleur au niveau de la zone opérée, tout en vous laissant éveillé(e) selon la nature de l’intervention il peut vous être proposé une anesthésie péridurale, rachidienne, locale intraveineuse, locale infiltration ou un blocage au niveau d’un ou plusieurs nerfs. Une anesthésie générale peut être associée ou devenir nécessire, si l’anesthésie locorégjonale est insuffisante uo si les conditios opératoires l’imposent. Cela fait partie des limites de la méthode et ne constitue pas une insuffisance technique.

Le choxi final, entre anesthésie générale et anesthésie locorégionale, relève de la décision du médecin anesthésiste et sera déterminé en fonction de l’acte chirurgical prévu, de votre état de santé et des résultats des examens complémentaires.

Toutes les informations vous concernant, le choix de la technique anesthésique, la prémédication, les traitements adjuvants seront consignés dans un dossier d’anesthésie spécifique. S’il existe une probablilité que vous soyez transfusé(e), une note d’information complémentaire vous sera remise par le médecin anesthésiste lors de la consultation.

Pendant l’anesthésie : Vous serez pris(e) en charge par un médecin anesthésiste, éventuellement assisté d’un personnel infirmier spécialisé.

En fin d’intervention : Vous serez conduit(e) en salle de reveil, dite salle de surveillance post interventionnelle. Pendant la phase de réveil vous serez pris(e) en charge de la même manière par le médecin anesthésiste assisté d’un personnel qualifié. Le traitement de la douleur postopératoire institué sera adapté à votre cas personnel et au type d’intervention dont vous aurez bénéficié. Ce traitement sera réguièrement évalué et ajusté, d’abord en sallre de réveil puis en salle d’hospitalisation.

Règles de sécurité :

Il est impératif que vous respectiez quelques précautions afin de réduire les risques d’accidents ou d’incidents :

Certains traitements devront être suspendus quelques jours avant l’intervention ; d’autres administrés jusqu’au jour de l’intervention.
Tout cela sera précisé lors de la consultation d’anesthésie.

Vous devrez être à jeun depuis 6 heures, pour éviter tout reflux du contenu gastrique dans les bronches : Il ne faudra ni boire, ni manger, ni fumer, ni mâcher du chewing-gum, ni sucer des bonbons.

Certains médicaments de votre traitement habituel et / ou ceux prescrits par le médecin anesthésiste seront avalés avec une gorgée d’eau quelques heures avant l’intervention.

Les prothèses dentaires mobiles, les lentilles cornéennes, les prothèses auditives, le vernis à ongle, les bijoux devront être retirés avant de pénétrer dans la salle d’intervention chirurgicale.

Incidents, accidents :

Dans quelques cas, des effets indésirables, plus ou moins importants peuvent survenir malgré les mesures préventives et le dépistage précoce par des moyens adaptés durant et après l’intervention.

Malgré tout, leur faible fréquence permet d’affirmer que la prise de risque anesthésique reste dans le domaine du raisonnable, sinon l’acte envisagé ne vous serait pas proposé (plusieurs centaines de milliers d’anesthésie sont pratiquées chaque année en France).

Les réactions allergiques aux produits anesthésiques sont rares et le plus souvent imprévisibles. Parfois très graves, elles sont cependant maîtrisables par un traitement approprié. C’est pourquoi nous insisterons toujours sur les éventuelles allergies (médicamenteuses ou autres) que vous pourriez présenter.

De nombreuses anesthésies générales nécessitent la mise en place d’un tube dans la trachée. Cette mise en place peut être plus ou moins facile pour des raisons anatomiques. Des traumatismes dentaires peuvent se produire. (Ne pas oublier de nous signaler un appareil dentaire, une ou plusieurs dents déchaussées, cassées ou mobiles).

Des maux de gorge, un enrouement ou une douleur à la déglutition peuvent persister pendant quelques jours. Tout rentre dans l’odre sans traitement particulier. Si une modification de la voix persistait un examen des cordes vocales serait alors demandé afin d’entreprendre un traitement adapté.

- La ponction des veines est indispensable pour l’anesthésie. Il arrive que certains lieux de ponction présentent une réaction inflammatoire. Un traitement permettra un retour à la normale dans des délais variables.

- Tout alitement ou immobilisation prolongé majore les risques de phlébites. Un traitement préventif sera entrepris en fonction de votre état de santé et du type d’intervention.

- Des nausées et / ou des vomissements voire des inhalations dans les voies respiratoires sont toujours possibles, d’où la nécessité du jeûn préopératoire.

- Après anesthésie locorégionale ou locale peuvent survenir des fourmillements, des sensations de picotements, ou même des douleurs, habituellement régressives en quelques jours.

- Des maux de tête sont toujours possibles (anesthésie rachidienne) et nécessiteront un traitement spécifique.

- Une paralysie vésicale transitoire peut nécessiter la pose d’une sonde urinaire pendant quelques heures.

- En fonction de la nature de l’intervention, de son déroulement, d’incidents ou d’accidents, il pourra être décidé de vous admettre en réanimation pour votre sécurité et poursuivre la meilleure surveillance adaptée à votre cas.

Risques individuels :

Selon votre état de santé actuel et les maladies anciennes ou toujours actives, d’autres complications sont possibles. Une information complémentaire vous sera faite lors de votre entretien avec le médecin anesthésiste.

Anesthésie pour endoscopies :

- Des examens, tels que fibroscopies bronchiques, colonoscopies, écho-endoscopies sont pratiqués sous anesthésie générale. Ces gestes sont généralement non douloureux. Les règles de sécurité sont les mêmes que pour les autres types d’intervention.

- Vous pourrez éventuellement quitter l’hôpital le jour même, après accord du médecin anesthésiste et du praticien ayant pratiqué l’endoscopie à la condition que vous soyez accompagné(e) jusqu’à votre domicile (quelle que soit la distance) et ne restiez pas seul(e) chez vous la nuit suivante. La conduite d’un véhicule vous sera interdite pendant 24 heures, de même que la prise de toute décision importante.

Un questionnaire vous sera peut-être remis pour permettre de connaître vos antécédents et de noter la liste et les doses de médicaments que vous prenez
N’oubliez pas de noter vos éventuelles allergiesanesthesie



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

No comments yet.

Add a comment